Et si écrire sous contrainte était un booster à la créativité… Bien sûr je ne vous parle pas de contrainte physique (je ne suis pas dans le registre 50 nuances de Grey), mais de contraintes littéraires ! Je vous explique tout !

Crédit photo : lechenie-narkomanii sur Pixabay

Découvrir comment la contrainte peut être une opportunité !

Alors que je jouais (oui mea culpa), a un jeu sur mon portable. Je me suis rendue compte que mes scores étaient beaucoup plus importants quand j’avais des contraintes que quand j’étais libre de faire ce que je voulais. Forte de cette expérience, je l’ai testé dans mon quotidien et je me suis dit, pourquoi ne pas l’intégrer à un processus d’écriture … !

Peu de temps après, j’en ai également discuté avec une cliente qui me confirme qu’elle y arrive mieux car elle voit cela comme un défi pour se surpasser ce qui amène du jeu à l’exercice.

Donc, j’ai testé plusieurs méthodes, et je vous livre celles qui me semblent les plus adaptées.

Travailler avec un temps limité

L’idée ici, est de se donner des séances d’écriture plus ou moins courtes, pour en écrire le plus possible ou atteindre un objectif posé en début de séance. Cette technique est connue aussi sous le nom de Pomodoro. Il s’agit de séquencer son travail pour être plus efficace. Vous choisissez des temps plus ou moins limité (15, 20′ ou 30 minutes) ou vous faites des courtes pauses entre chaque (3 à 5 minutes). A l’issu de 4 séances, vous pouvez vous autoriser un moment de détente plus important de 20 à 30 minutes.

J’ai déjà des clientes qui pratiquent cette méthode et qui sont ravies de leur progrès alors je vous invite à tester dès à présent et à me faire des retours dessus !

Imposer des mots

Pour un défi personnel, demander à votre entourage des mots de leur choix que vous aurez “obligation” de mettre dans votre récit. Ils n’ont pas besoin d’avoir de rapport entre eux.

Cette méthode permet de développer l’imagination et de créer de nouveaux éléments pour son histoire. Par exemple, ajoutez vous : pommade, trafic, et tourbillon dans votre prochain chapitre ! Vous allez voir cela peut être vraiment amusant et constructif !

Débuter un texte par :

Et si vous débutiez un chapitre ou un paragraphe par une phrase donnée par votre entourage. Véritable tueur de page blanche, cet exercice vous permet de coucher les premiers mots sur papier. Pour t’aider, voici un exemple.

Une femme entra dans la pièce, et je (elle, si votre narrateur est externe) fus parcourue de frisson des pieds à la tête. Nul doute que cette personne amenait avec elle de mauvaises choses.

Maintenant c’est à toi de compléter la suite !!!! N’hésite pas à corriger le temps employé si tu à une histoire sur la base du présent.

Pour finir,

Il existe tout un tas d’autres contraintes, mais il ne me semble pas pertinent de tous les mettre ici. Je vous ai transmit ce qui me semble le plus pertinent dans votre processus d’écriture. Vous allez constater que ces méthodes permettent de se libérer d’une part de la procrastination en ajoutant le paramètre du jeu, et d’autre part du syndrome de la page blanche qui empêche d’écrire les premiers mots ou de trouver les premières idées.

Je vous souhaite en tout cas de belles séances productives, et si vous avez besoin d’un coup de plume, n’hésitez pas à faire appel aux services du Cercle des Plumes !

Catégories : Uncategorized

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.